Lexique

Communauté d’Agglomération du Mont Valérien.

La collecte des objets considérés comme des déchets se fait par apport volontaire sur place par les usagers des ressourceries aux heures d’ouverture ou à domicile sur rendez-vous. D’autres types de collectes se développent comme les ressourceries mobiles ou éphémères, en local dit de « réemploi » chez les bailleurs de logements collectifs, ou en fin de brocantes.

Emprunt de l’Anglais « customize » (ou customise), dérivé de « customer », qui désigne l’adaptation par le marchand de la marchandise au client et la fabrication sur-mesure. Personnaliser un objet à son goût personnel (par exemple en y ajoutant des accessoires).

Toute substance ou tout objet ou plus généralement tout bien meuble, dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire.
Le déchet est perçu comme hors d’usage ou devenu encombrant.

D’un point de vue légal, un objet jeté prend le statu de déchet quand il est déposé dans une borne d’apport volontaire, dans une poubelle municipale, dans une déchèterie ou quand il est abandonné dans la nature ou sur la voie publique.
On appelle ça la réutilisation.

Quand vous abandonnez une chaise cassée sur le trottoir (si possible la veille du passage des encombrants dans votre quartier), elle est un déchet. Mais quand vous apportez une chaise cassée à La Collecterie, ce n’est plus un déchet !
On appelle ça le réemploi.
Mais si la chaise cassée n’est plus un déchet, alors c’est quoi ?

En Anglais « sustainable development », est une conception du bien commun développée depuis la fin du XXe siècle. Considérée à l’échelle de la planète, cette notion vise à prendre en compte, outre l’économie, les aspects environnementaux et sociaux qui sont liés à des enjeux de long terme. Selon la définition donnée dans le rapport Brundtland en 1987, le développement durable est une développement qui répond aux besoin du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.

Modèle économique basé sur l’allongement des flux de matière (réemploi, recyclage) et de la durée de vie des produits ou du service (éco-conception sans toxique ni obsolescence programmée, réparation, réutilisation puis recyclage). Il rompt avec le schéma traditionnel de production linéaire, qui va directement de l’utilisation d’un produit à sa destruction, auquel il substitut une logique de « boucle », où l’on recherche la création de valeur positive à chaque étape évitant le gaspillage des ressources tout en assurant la satisfaction du consommateur. Il met notamment l’agent sur de nouveaux modes de conception, production et de consommation; le prolongement de la durée d’usage des produits, l’usage plutôt que la possession de bien, la réutilisation et le recyclage des composants.

L’Économie Sociale et Solidaire (ESS) représente des structures économiques très diverses dans leurs réalités (Associations, SCOP, SARL…) qui partagent des caractéristiques essentielles : un projet économique au service de l’utilité sociale, une mise en œuvre éthique, une gouvernance démocratique et une dynamique de développement fondée sur un ancrage territorial et une mobilisation citoyenne.

Toute opération de contrôle, de nettoyage ou de réparation en vue de la valorisation, par laquelle des produits ou des composants de produits qui sont devenus des d »chers sont préparés de manière à être réutilisés sans autre opération de pré-traitement.

Toutes mesures prises avant qu’une substance, une matière ou un produit ne devienne un déchet, lorsque ces mesures concourent à la réduction d’au moins un des items suivants :
La quantité de déchets générés, y compris par l’intermédiaires du réemploi ou de la prolongation de la durée d’usage des substances, matières ou produits.
Les effets nocifs des déchets produits sur l’environnement et la santé humaine.
La teneur en substances nocives pour l’environnement et la santé humaine dans les substances, matières ou produits.

La récupération des déchets est une des activités de la gestion des déchets qui, sans faire partie des trois R, contribue à la fin de vie des produits. La récupération des déchets consiste à les séparer des autres déchets avant qu’ils n’arrivent à leur traitement final.

Procédé de traitement des déchets, qui permet de réintroduire, dans le cycle de production d’un produit, des matériaux qui composaient un produit similaire arrivé en fin de vie, ou des résidus de fabrication (une bouteille fabriquée à partir du verre de bouteilles usagées par exemple).
Le recyclage désigne l’action de récupérer des matériaux ou des produits dont on n’a plus l’usage afin de les revaloriser. On recycle donc « par le haut », en produisant des objets dont la qualité est supérieure au matériau d’origine.

Une recyclerie est une ressourcerie spécialisée dans un ou plusieurs types de déchets.

Toute opération par laquelle des produits ou des composants qui ne sont pas des déchets (objets donnés ou vendus) sont utilisés de nouveau pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus.

Par exemple un pneu réemployé est un pneu d’occasion, issu de la revente ou du don d’un pneu usagé, remis en état et réutilisé comme pneu (alors qu’un pneu qui sert de jardinière ou de pouf n’est pas un pneu réemployé).
C’est un pneu compliqué, oui, mais c’est surtout un pneu transformé.

Réseau Francilien du Réemploi.
Le réseau des acteurs du réemploi en Île-de-France. Né en janvier 2014, le REFER est le réseau francilien des acteurs du réemploi agissant dans le secteur de l’économie sociale et solidaire. Il émerge initialement du rapprochement des ressourceries et recycleries d’Île-de-France et fédère le champ du réemploi autour de trois ambitions :
Diminuer le volume des déchets à l’incinération, par la collecte, le tri, la revalorisation et le réemploi.
Contribuer à consolider le lien social par l’insertion, l’accompagnement pré-professionnel et la vente solidaire d’objets ordinaires.
Développer des actions ordinaires et extra-ordinaires visant à sensibiliser les publics à la surconsommation et au gaspillage, aux nécessités d’une production économe et respectueuse des conditions de la vie.

Une ressourcerie collecte et reçoit tous types de déchets (hors déchets organiques, chimiques et dangereux). Elle gère, sur un territoire donné, un centre de récupération, de valorisation, de revente et d’éducation à l’environnement. Son activité est inscrite dans le schéma de gestion des déchets du territoire.

Remise en service d’un déchet, qui subit ou non une réparation (contrôle, nettoyage, réparation), pour retrouver sa fonction initiale. Par exemple un pneu réutilisé est un pneu d’occasion sauvé de la poubelle ou de la décharge.

Traitement d’un objet (nettoyage, réparation…) pour lui redonner une valeur marchande et le réintroduire dans le circuit de la consommation ordinaire.